Ampoule de pèlerin, ampoule à eulogie médiévale.

Les hommes du néolithique avaient déjà développé des croyances religieuses et leurs rites. Le besoin de croire des êtres humains les poussa à se rendre, dès le début de l’Antiquité  (en Europe : 2500 av. J.-C.), sur des lieux qu’ils considéraient  sacrés. De ces endroits, parfois très éloignés, ils rapportaient des  figurines en terre cuite représentant les divinités qu’ils étaient venus honorer.

Plus tard, à partir du IV e siècle, les chrétiens se dirigèrent vers les lieux où reposaient leurs martyrs et leurs saints. Ce voyage se nommait « pèlerinage » et les voyageurs qui l’effectuaient les  « pèlerins ». Il fallait avoir la foi car la route était longue et les brigands nombreux !  les marchands de ces lieux saints, ( souvent des moines au Moyen Age ) leur vendaient des souvenirs qui prouvaient, à leur retour, l’accomplissement du pèlerinage.

                                             

Parmi ces objets : « les ampoules à eulogie »(1)  nommées aussi « ampoules de pèlerin », petites fioles de terre cuite, de verre ou de métal. Elles se présentaient sous la forme d’une petite gourde aplatie, munie de deux petites anses permettant le port autour du cou. Sur l’objet figuraient des indications sur le lieu saint visité. 

L’intérieur de cette ampoule contenait de l’huile bénite (2), de l’eau, de la terre, des fibres de textile, du bois, etc., en rapport avec le pèlerinage effectué…  

La suite de cet article concerne les ampoules médiévales que je présente en bas de page.                   

C’est le XV e siècle qui semble être la grande période d’utilisation de ces artefacts.

Les ampoules mesurent en moyenne  4,5 cm de hauteur pour une largeur de 3 cm,  le poids moyen étant de 35 g.

Elles sont en métal à base de plomb ou plomb/étain, ainsi, il était facile une fois l’ampoule remplie de la fermer en écrasant l’ouverture.

Elles comportent sur leurs faces, des représentations de saints, des scènes bibliques, des armoiries, des signes religieux, le symbole IHS ( Jésus ) étant souvent présent.

(1)     Du grec  eulogia : bénédiction

(2)    Selon Grégoire de Tours, les pèlerins récupéraient l’huile présente à proximité des tombeaux des saints, ou bien l’huile des lampes des sanctuaires.

Les ampoules sont numérotées dans le coin haut gauche, les personnes capables de déterminer le lieu de pèlerinage de certains de ces objets peuvent me contacter, je compléterai l’article.

Je remercie les propriétaires de ces objets pour leur accord sur la diffusion des photos.

Ampoule n° 1 :  hauteur  40 mm,  largeur  30 mm,  poids 48 g.  Les 3 grappes de raisin pourraient symboliser la ville de Thouars où se trouvait une relique de saint Lô.

Ampoule n° 6 :  hauteur  42 mm,  largeur  35 mm,  poids 36 g.  Peut-être  Saint Antoine l’abbaye, destination première des reliques de Saint Antoine le Grand…

Commentaires de l’ancien blog

Kiki 14/04/2020 19:42

Merci pour cette remontée dans l’histoire et pour les info sur ces objets peu connus

Frédéric des Ormeaux 14/04/2020

Comme toujours, excellent article .
J’ai quelques ampoules à te soumettre, te souviens tu ?
Amitiés.

Laetitia11/04/2020 15:37

Comme d’habitude, très sympa de lire ces infos et voir ces jolies photos. Merci <3

Le beau Roro 10/04/2020 20:05

Salut Marco, jolie collection ma foi, merci pour cette leçon d’histoire. Des bises des gigeannais confinés.

Commentaires

  1. Letellier a dit :

    Super blog, j’ai trouvé ma première ampoule hier, le 09 mai 2020 sur le 76, pays de Caux, elle ressemble pas mal à la n° 8, si vous voulez des photos pour complémenter cette page, n’hésitez pas,

    olivier

    1. Marc Gino a dit :

      Bonsoir Olivier,
      Merci pour le compliment sur mon blog. Envoyez-moi, si vous voulez, des photos à l’adresse suivante : gino.23@hotmail.fr
      Encore merci pour la visite.
      Marc Gino

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.