Sesterce

Le sesterce  est la grosse monnaie emblématique de l’Empire romain. A l’origine, sous la République romaine, le sesterce était une monnaie d’argent comme le denier dont il était le sous -multiple. Son poids avoisinait 1 g pour un diamètre de 14 mm. C’est sous l’Empire romain d’Auguste que le sesterce devint une monnaie en alliage cuivreux ( laiton et bronze) d’environ 3 cm de diamètre pour un poids moyen de 30 g. « S.C. »  figurant sur ces monnaies signifie : Sénatus Consulto ( accord du sénat ) Exemple de sesterce : Alexandre Sévère empereur romain 222-235. Né en 208, petit- neveu de …

Continuer la lecture

Ampoule de pèlerin, ampoule à eulogie médiévale.

Les hommes du néolithique avaient déjà développé des croyances religieuses et leurs rites. Le besoin de croire des êtres humains les poussa à se rendre, dès le début de l’Antiquité  (en Europe : 2500 av. J.-C.), sur des lieux qu’ils considéraient  sacrés. De ces endroits, parfois très éloignés, ils rapportaient des  figurines en terre cuite représentant les divinités qu’ils étaient venus honorer. Plus tard, à partir du IV e siècle, les chrétiens se dirigèrent vers les lieux où reposaient leurs martyrs et leurs saints. Ce voyage se nommait « pèlerinage » et les voyageurs qui l’effectuaient les  « pèlerins ». Il fallait avoir la foi car la route était longue et les …

Continuer la lecture

Adam Dollard des Ormeaux

Adam Dollard, né en 1635 à Ormeaux *, petit village de la Brie, fut au Québec, jusque dans les  années 1960, l’objet d’un culte patriotique exceptionnel. Une ville de 50 000 habitants, un lac, des parcs, des rues, une école, etc., portent son nom.      Des chansons  à sa gloire furent même composées. Un jour férié, le lundi précédant le 25 mai :  La  « Fête de Dollard » était dédié à cet homme. En 1658 Dollard arrive en « Nouvelle France », colonie française ayant pour capitale Québec. Déjà militaire en France, il devient rapidement commandant du fort de « Ville-Marie »(future Montréal). Les quelques témoignages qui nous sont parvenus …

Continuer la lecture

La moule qui pue

Gamin, l’école je la préférais buissonnière. Ainsi, lorsque les orages d’été gonflaient et troublaient les eaux de la petite rivière arrosant mon village, je savais par expérience que les poissons seraient très « mordeurs ». Ces jours-là pêcher devenait primordial : cartable, livres, cahiers et crayons étaient remisés sur-le-champ et remplacés avantageusement par une canne à pêche en bambou, sa ligne et de jolis vers frétillants. Pendant que mes camarades se barbaient en classe, je capturais, sans remords, truites et gardons ; au diable le calcul et la géographie, il m’était bien plus agréable de ferrer le poisson encore invisible qui venait …

Continuer la lecture

Vervelle ou petit écu armorié

Ces petits artefacts, relativement rares, invitent au rêve, nous transportant à l’époque des seigneurs et chevaliers, dans un temps où grande était la place faite au merveilleux. Le nom « vervelle » ( féminin ) s’applique ou s’appliquait à plusieurs objets : Au moyen âge les petits rivets à tête percée permettant de fixer la cagoule de maille sur le bassinet (casque) se nommaient ainsi. En serrurerie, certains éléments de verrous portent le nom de “vervelle” ou « vertevelle ». C’est donc à la chasse à l’oiseau de proie que l’on doit, par association, le nom de « vervelle » donné à la petite plaque d’appartenance …

Continuer la lecture

La Légende du Barbeau

Les légendes recèlent souvent une petite part de vérité, mais leur intérêt est surtout d’éveiller la curiosité et de permettre à l’esprit de s’évader un moment. En voici une que j’apprécie particulièrement : Au tout début du septième siècle, St Loup, archevêque de Sens, fut condamné à l’exil par le roi Clotaire II trompé par les faux témoignages de deux jaloux, Farulfus et Médégisile.En partant, le prélat jeta son anneau pastoral dans un fossé inondé jurant qu’il ne reviendrait que lorsque que son bijou réapparaîtrait. Les Sénonais, furieux de l’injuste exil, se soulevèrent et tuèrent Médégisile l’usurpateur. Le roi conscient …

Continuer la lecture

Détection et Charognards

Ils étaient la jeunesse d’un pays, venus des quatre coins de France, le choix ne leur avait pas été laissé, il fallait qu’ils repoussent l’ennemi. C’est par milliers qu’ils furent livrés, en vagues successives, aux gueules fumantes des mitrailleuses crachant la mort, des épouvantables carnages pour quelques mètres de terrain perdus dès le lendemain. Cette mort omniprésente, se manifestait à maintes reprises et de façons variées, quand ce n’était pas une balle ou une grenade, une baïonnette traversant les entrailles mettait fin à la courte vie du « poilu » s’écroulant recroquevillé dans la boue fangeuse d’une tranchée. Dieu lui même avait …

Continuer la lecture

Banquelets et Paillettes

Avec ces artefacts nous voici dans la période médiévale, il est d’usage de dater ces objets aux alentours du XIIIe au XVe siècle. Sur la photo certains objets sont fabriqués par moulage et comportent (ou comportaient) des rivets, ce sont des « banquelets ». Les autres objets, (les trois du bas de la photo) fabriqués en partant de tôles fines et imitant des fleurs sont des « paillettes ». Le manque de symétrie entre les pétales de certaines paillettes prouve le côté artisanal de leur fabrication. Pour certains artefacts, il n’est pas toujours facile de faire le distinguo entre : paillette et banquelet. Le …

Continuer la lecture

Ceux de 14 : 100 ans

Quand j’étais gamin, avec mes parents nous avions dans notre voisinage un vieil homme à la longue moustache rousse, c’était le « rebouteux » de la région, je me souviens que pour le paiement de ses services il n’acceptait que des paquets de tabac gris. Fernand Pouligny il se nommait, les gens disaient qu’il avait « fait Verdun », moi, de « Verdun » je ne connaissais que l’avenue de mon village, mais j’étais déjà conscient que derrière ce nom se cachait tout un cortège d’horreurs. Un jour, en croisant mon vieux voisin, je pris mon courage à deux mains, je voulais savoir « Verdun » qu’il me dise …

Continuer la lecture

Le Verre Romain Antique

Lors d’une visite au musée du forum Palatin de Rome, je fus interpellé par la beauté des objets de verre issus de fouilles sur les villes recouvertes par l’éruption du Vésuve en 79 après J-C. Je me suis donc intéressé à ce sujet : La technique du soufflage du verre fut inventée au Moyen-Orient. Par la suite, en Italie, les Romains devinrent les maîtres d’un savoir faire qui restera inégalé pendant plus de mille ans ; la forme, le relief, la coloration de cette matière n’ayant plus aucun secret pour eux. Le vase bleu en verre camée découvert dans une …

Continuer la lecture