Ceux de 14 : 100 ans

Quand j’étais gamin, avec mes parents nous avions dans notre voisinage un vieil homme à la longue moustache rousse, c’était le « rebouteux » de la région, je me souviens que pour le paiement de ses services il n’acceptait que des paquets de tabac gris.

Fernand Pouligny il se nommait, les gens disaient qu’il avait « fait Verdun », moi, de « Verdun » je ne connaissais que l’avenue de mon village, mais j’étais déjà conscient que derrière ce nom se cachait tout un cortège d’horreurs.

Un jour, en croisant mon vieux voisin, je pris mon courage à deux mains, je voulais savoir « Verdun » qu’il me dise ce qu’il s’était vraiment passé là- bas. Il a hésité un moment, puis calmement il m’a expliqué : les tranchées, les bombardements, les assauts et tout le reste.

Et là, j’ai eu « la chair de poule »! Dans ma tête de mioche je croyais que la guerre c’était un peu comme celle que je faisais avec mes copains quand on jouait à se tuer… bien non, pas du tout, c’était pas pareil !  Dans la guerre à Fernand ceux qui tombaient étaient tout couverts de sang, parfois même il leur manquait un bras ou la tête…

Ce jour là, je suis entré brutalement dans le monde absurde des grands.  

De poilu, il y en avait un autre au village, depuis toujours je le voyais passer péniblement sur le boulevard où j’habitais. Lui, à la guerre il avait laissé une jambe, à la place était fixé un morceau de bois avec en bas un patin de caoutchouc pour amortir la marche.

Ensuite, adulte, j’ai lu beaucoup sur la « Grande Guerre », c’est ainsi que j’ai découvert « Ceux de 14 » de Maurice Genevoix. Il y décrit le quotidien des soldats des Eparges (Meuse). Au fil des pages les personnages vous deviennent familiers, puis vous assistez impuissant à leur funeste destin.

En mai j’ai passé deux jours dans la Meuse avec pour but : Verdun, les villages disparus et surtout les Eparges.

Panneau à l’entrée du site des Eparges.
Dans le cimetière j’ai retrouvé la tombe de Porchon l’un des combattants du livre de Genevoix.
Je suis descendu dans l’un des énormes « entonnoirs » du point X ,
la photo ne rend pas vraiment le gigantisme du cratère.
Du monument dédié aux soldats sans sépultures,
la vue sur la plaine de la Woëvre est si belle et grandiose que l’on en oublie
ce sol tourmenté à la terre pétrie de chair et de sang.

Lettre du grand-oncle de mon oncle, disparu au combat dans la Somme en 1916, il avait combattu aux Eparges. Blessé il est en convalescence dans le Var...

Livret militaire portant la mention : « Disparu au combat « .

Je voudrais citer Victor Hugo à propos de la guerre :

« Et cela, pour des altesses
Qui, vous à peine enterrés,
Se feront des politesses
Pendant que vous pourrirez
 » !

Commentaires de l’ancien blog

spectre 09/01/2018 21:41

Très bel hommage que de souffrance pour en arriver à tant de misère.

Ours brun 28/11/2017 23:49

Tout ceci est écoeurant. Les qualifier de crétins est bien gentil. Bref, merci pour votre blog que je découvre et qui est formidable.

— Ledzepdeb 18 /11/ 2017 19:25

Que ce doit être terrible de recevoir une telle lettre d’un être cher,elle montre bien l’atrocité des combats et notre devoir est de perpétuer la mémoire de ces hommes.
Un petit sur tour sur la butte et suis entièrement d’accord sur ce que tu dénonces
A plus Gino :hello:

— Zatraz 17 /11/ 2017 10:28

La lettre est touchante, je n’ai que peu de mots pour dire la tristesse que l’on ressent quand on la lit.
Merci pour ce passage, cours, mais intense.

— Chris01 16 /11/2017 21:36

bonjour Gino, merci pour la publication de cette lettre, merci aussi pour le lien et son contenu.
chris

Les padénes 05/08/2015

Superbe hommage …

Cathie 24/07/2015 22:56

Coucou,
Je trouve très touchant toutes ces histoires, ces hommages,il y a beaucoup d amour et de respect.
Bravo c est très réussi ce petit blog. Continuez ….car vous avez du talent

Renaud 19/07/2015 18:52

émouvant… merci pour cette belle publication

Kamivan 05/06/2015 10:27

étant grand passionné de 14-18 , je ne peux qu’approuver ce petit ouvrage consacré a la grande guerre sur ton blog.
merci pour ce partage

— .francine 07/03/2014 05:22

oui mon cher cousin , moi aussi je suis en peine de lire une nouvelle histoire, elles sont tellement passionantes et drôles parfois !!!!! allez au boulot avant le printemps !!!!!
bises

Gosset 05/01/2014 20:27

"l’ancien" j’aurai bien aimé déguster de nouveaux textes pour cette nouvelle année, c’est meilleur que des huîtres ou un foie gras. Allez c’est la dernière rentrée. (je t’apprécie)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.