Lucius

253 de notre ère, les Germains franchissent le limes et déferlent sur la Gaule, massacrant et brûlant tout dans leur progression. Quelque part en Brie, entre Iatinum (Meaux) et Metlosédum (Melun), un garçon d’une douzaine d’années récolte des baies. Soudain des cavaliers se détachent de la brume couvrant la plaine, l’enfant les reconnaît, un soldat de passage lui a décrit ces terribles géants blonds : ce sont des Francs ! Prenant conscience du danger, il crie et s’enfuit en direction de la ferme de ses parents. La troupe le rattrape rapidement, arrivé à son niveau, le guerrier de tête le …

Continuer la lecture

Miroir

Très vieux miroir piqué si tu pouvais livrer,Toutes les images par toi anciennement capturées…Ainsi reparaîtraient comme surgis du néant,Toutes celles et ceux que tu vis se mirant :Gros colonel sévère ajustant son monocle,Frêle étudiant pubère récitant du Sophocle ;De la jolie jeune fille, à la vieille dame fanée,Sans oublier l’ancêtre remettant son dentier ! Miroir si tel un livre je pouvais te feuilleter,Découvrant par la même ce que l’on t’a confié :Des rires, des chants, des joies, des moments de bonheur,Aux pleurs, aux cris, aux peines, quand arrive le malheur.Ainsi émerveillé avec des yeux d’enfants,Se joueraient devant moi certaines scènes …

Continuer la lecture

Chocolat

Crotte alors ! C’est la crise, la méchante crise de foie,Lors d’un voyage à Bruges, trop mangé d’chocolat !Bien peu importe l’heure, l’endroit ou l’occasion,En boîte et en tablette, tu es mon addiction. Crotte alors ! C’est la crise, j’ai mal à l’estomac,Les grands économistes ne prévoyaient pas ça.Mais ça va vite passer, c’est Sarko qui l’a dit,Il a raison le gars, il revient l’appétit ! Crotte alors ! Plus de crise, mais plus rien à bouffer !Il me vient une idée quand j’écoute ce cd :Olivia, sois pas dure et surtout me juge pas,J’ai vraiment trop envie de la …

Continuer la lecture

Venise (à Joëlle)

Perle de lagune protégée par les flots,Tu fus cité des doges et patrie des Polo.Eclatante place saint Marc berceau de la cité,Dont tous les monuments rivalisent de beauté. J’aime tes cloches magiques et leurs merveilleux sons,Spectacle inoubliable sous un ciel de pigeons.O majestueux palais bordant le grand canal,Lieux de magnifiques fêtes par temps de carnaval. J’imagine aux fenêtres des personnages d’antan,Des masques mystérieux où se cachent les amants.Sous le pont des soupirs, passage des condamnés,Tant d’amoureux s’embrassent quand chantent les gondoliers. J’ai adoré tes rues, tes belles devantures,Heureux de découvrir un monde sans voitures.Je te quitte à regret, mais le …

Continuer la lecture

Ballon Blanc

Tu es beau petit Pierre du haut de tes dix ans,Quel plaisir de te voir poursuivre ton ballon blanc. Mais trois jours sont passés, tu es toujours absentDans le square du village tu jouais bien gentiment, Soudain, une voiture démarra brutalement…Tes amis te recherchent soutenant tes parents, Des cris ! On t’a trouvé couché près de l’étang,Ange déshabillé auprès d’un ballon blanc ! Commentaires de l’ancien blog — Gene 06/03/2010 18:36 très émouvant ce poème! j’espère que ce n’est pas du vécu! tu nous surprends dans le deuxième moitié qui « fait froid dans le dos »!

Continuer la lecture

Moktar

Arrête copain Moktar, sors un peu d’ton cafard,Même si ton tôlier t’vire pour prendre un Kosovar. Allez viens mon ami, je t’emmène loin d’ici,Nous boirons du bon vin, mangerons du salami. Comment ça tu peux pas de par ta religion !Laisse tomber ces âneries ! j’ai du saint Emilion. Avant qu’on aille chez moi j’te paie un coup au bar :Patron ! un thé pour moi, pour Moktar… un ricard ! Commentaires de l’ancien blog — Yubanca du Maroc 02/11/2016 22:08 Bonjour Gino, je ne sais pas si mon frère qui s’appelle Mokhtar aussi boit du ricard avec ses amis, …

Continuer la lecture

L’Anneau

Joli anneau de bronze que la terre m’a livré,Je te serre dans la main et me mets à rêver.Ornais-tu le doigt, d’une dame ou d’un homme ?Conte-moi je t’en prie, l’histoire de cette personne. Vivait-elle sous : Néron, Clovis, François premier ?Avait-elle des enfants ? Quel était son métier ?Fut-elle heureuse ici, mourant paisiblement,Avec le coeur en paix, veillée par ses parents ? Ou bien, l’enfer sur terre a-t- elle eu pour destin ?Pour finir massacrée sous les coups d’assassins ?Où es-tu maintenant, reposes-tu dans les champs ?Les charrues et le temps détruisant tes ossements. O vous, les prétentieux imbus …

Continuer la lecture

Le Mec

Quelque soit le topic,Il faut que tu rappliques.Pour en savoir autant,T’as sûrement deux mille ans.Tu vas sauver le monde,Putain ! Tu t’ la racontes. T’es pas là d’puis longtemps,Mais déjà vétéran.T’es hyper prétentieux,J’dirais même orgueilleux.Si quelqu’un te débine,Tu te changes en Staline. Y a que toi qu’as raison,Tous les autres c’est des cons.T’en arrives à m’faire rire,Et j’ te dois mon délire.Finalement j’ai rêvé,Tu peux pas exister ! Commentaires de l’ancien blog — Les padénes 05/08/2015 16:56 J’adore vos poèmes, bravos — annemarie 10/04/2011 00:30 J’ai trouvé votre blog…Vos textes sont magnifiques, incroyable la beauté et la profondeur de ces …

Continuer la lecture

La Brume

Tu couvrais les méfaits,De Jack le tueur anglais,Qui éventrait les femmes. Associée à la nuit,Je vois des trains, des camps,Où se déroule un drame. La corne qui porte ton nom,Avec son chant lugubre,Me donne du vague à l’âme. Mais le soleil paraît,Parfois quand tu te lèves,Jolie brume matinale. Commentaires de l’ancien blog — Les padénes 05/08/2015 17:00 Superbe…Ps) Les hommes préfèrent les brumes.. 🙂 — Leroch 03/08/2010 10:07 un grand merci pour cette trop petite heure de rêve — raphafa 31/05/2010 21:33 Super gino ton blog et surtout tes textes qui dégagent toujours un peu de magie.merci de nous les …

Continuer la lecture